Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 269 le 29/6/2014, 14:15

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 90487 messages dans 3915 sujets

Nous avons 205 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Laurent Lacasse


[DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Partagez

Invité
Invité

[DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 11/9/2012, 03:34

J'ai trouvé ce documentaire sur YOU TUBE, pour ceux qui ont quelques notions d'Anglais :
http://www.youtube.com/watch?v=Ok6pI1iD8PU&feature=related

Je vous conseille vivement de le regarder... J'ai appris beaucoup de nouvelles choses ! Oo
On y parle de :
- la Chasse à l'Echouage en PATAGONIE
- la Chasse à la Raie en NOUVELLE-ZELANDE
- la Chasse aux Dauphins en AFRIQUE DU SUD
- la Relation entre Orques et Grands Requins Blancs en CALIFORNIE
- la Complexité de leur Langage
- la Complexité et la Diversité de leurs Techniques de Chasse



PS : Voici un documentaire consacré à la relation entre les Orques et les Grands Blancs en Californie (http://www.youtube.com/watch?v=ScX53VzLsD8)

twister
Orque dominante
Orque dominante

Féminin Age : 20 Messages : 2578
Date d'inscription : 07/07/2010

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par twister le 11/9/2012, 10:03

Merci beaucoup, je connais ce reportage mais je l'ai vu il y a longtemps.
Un de ces jours je devrais le regarder à nouveau pour me remttre tout ça dans la tête au clair.

Merci ;D

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 11/9/2012, 10:07

De rien ! Il est vraiment génial... !

Wikie
Orque dominante
Orque dominante

Féminin Age : 18 Messages : 3067
Date d'inscription : 08/11/2011

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Wikie le 11/9/2012, 11:55

Perso, je n'ai pas compris grand chose :/ Je me débrouille quand l'anglais est écrit, mais à l'oral, ils ont tendance à parler trop vite, ce qui fait que je ne saisis que des bribes de phrases.

Est-ce que quelqu'un aurait l'amabilité de traduire en français ce qui est dit dans ce reportage ( pas tout, faites un résumé Wink )

Ce serait vraiment sympa, d'autant plus que je pense ne pas être la seule dans ce cas lol!

En tout cas, les images sont magnifiques !

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 11/9/2012, 12:04

Je vais m'en occuper ^^ Je ne sais pas si j'aurais le temps ce soir, au pire... Je devrais éditer mon message demain ^^

Wikie
Orque dominante
Orque dominante

Féminin Age : 18 Messages : 3067
Date d'inscription : 08/11/2011

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Wikie le 11/9/2012, 12:13

Merci beaucoup unepetitekiwie, c'est vraiment gentil de ta part Wink

De mon côté j'essaye de comprendre un minimum ce qu'ils disent =)

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 11/9/2012, 12:41

Voilà les 15 premières minutes du DOC, la suite demain ! ;o)


Je vous précise que la scientifique aux longs cheveux blonds que l'on voit dès le début du reportage est INGRID VIESSER. C'est LA spécialiste néo-zélandaise des Orques, et une pionnière en ce qui concerne les relations ORQUES/HOMMES puisqu'elles nagent avec eux dans les eaux néo-zélandaises (comme on le voit à la fin du reportage)



Ils l'appellent "TUEUR"... L'orque gouverne son monde grâce à une incroyable force et vitesse ; mais surtout, grâce à une incroyable intelligence. Ni même le Grand Requin Blanc n'est en sécurité quand ces "TUEURS" sont en chasse.
Faites connaissance avec le plus grand prédateur de l'océan... l'Orque.

(Présentation globale de l'Orque)
Les Orques ne sont en fait pas des baleines, mais des dauphins. A ceci près, qu'elles... gouvernent l'océan et ne connaissent aucun rival.
Résumé de la déclaration de ROBERT PITMAN : Aucun autre prédateur, présent ou passé, ne se rapproche de l'impact mondial de ce prédateur.

Mais ce n'est pas tellement leur taile qui fait d'elles de si magnfiques chasseresses. Derrière cet
écran, se cache l'un des cerveaux les plus développés qu'il n'est jamais existé. Leur intelligence les rendent fascinants à nos yeux. ORQUES et HUMAINS partagent de nombreux points communs : Comme nous, elles utilisent leur intelligence pour innover et trouver de nouveaux moyens de survie. Et les Orques sont créativent : Elles chassent des proies diverses et variées selon l'endroit où elles se trouvent sur le globe. A chaque fois, elles doivent s'adapter et souvent, elles doivent inventer d'ingénieux moyens afin d'y arriver. La biolgiste INGRID VIESSER a consacré sa carrière à étudier l'intelligence de l'Orque.
INGRID VIESSER : A chaque fois que vous les croisez, elles vous fixent, elles regardent droit vers vous. Et, vous vous demandez ce qu'elles sont bien entrain de penser... parce qu'elles nous fascinent et parce qu'on les fascine. Que se passe t'il dans leur tête ? Je pense que c'est la raison pour laquelle j'aime tant passé du temps avec Elles.


LES ORQUES DE PUNTA NORTE, PATAGONIE = CHASSE A L'ECHOUAGE & APPRENTISSAGE
Chaque mois de MARS, INGRID se rend en Patogonie pour observer les Orques au travail. Tous les ans, à la même époque, sans qu'on ne sache d'où elle vienne, la même famille d'Orque se rend à la même plage, à l'époque des naissances des Lions de Mers. C'est aussi l'époque où ces Orques viennent chasser... sur Terre. Comment ont-elles appris cette technique de chasse si risquée ?
INGRID patrouille la plage pour découvrir la réponse. Les Orques patrouillent également.
INGRID VIESSER : La plupart des gens les décrivent comme étant sinistres. Mais, moi... Je ne les trouve pas du tout sinistre ou méchantes. C'est juste un prédateur et sa proie. Et c'est phénoménal d'attendre et de voir comment ça va se dérouler. Un mâle a particulièrement perfectionné cette technique de chasse = MEL. C'est le plus gros du groupe...
(Passage sur les petits Lions de Mer, de leur naissance à leur apprentissage de la nage)
N'ayant jamais connu le danger, les petits joeunt sans se soucier d'un quelconque danger. MEL arrive, et s'essaie à plusieurs échouages d'essais pour tester la plage, le chenal, les conditions pour le retrait. Progressivement, ils se rapprochent et finit par attaquer, toujours au meilleur moment. Il ne vise que les Petits, les adultes étant trop dangereux à attraper ainsi. Il reste cependant très attentif à ne pas être blessé. Les Petits ne comprennent pas vraiment la signification des dorsales, seulement au dernier moment et INGRID explique qu'elles ressent leur terreur sur leurs "visages". C'est une chose d'entendre parler de la force et l'intelligence des
orques, mais c'est complètement autre chose d'en être témoin.
INGRID : Quelque part, vous avez envie que le Petit puisse s'achapper. Mais d'un autre côté, vous avez également envie que l'Orque ait son déjeuner.
Une fois sa proie attraper, MEL doit immédiatement retourner à l'eau. Et sans jambes, ce n'est pas chose aisée. Imaginez la force nécessaire pour bouger ses 5,5 tonnes (quoiqu'à mon avis, lui donnant 9m de longueur, il pèse encore plus lourd que ça sûrement).
INGRID : Beaucoup de gens pensent que c'est facile pour elle de retourner à l'eau, mais il n'en ait
rien. Elles risquent chaque fois de rester échouées sur la plage.
MEL prend tout de même ce risque, mais pas seulement pour Lui. Sa famille attend un peu plus au large. En effet, les Orques ont des liens familiaux très forts et très serrés, qui demeurent toute la vie. Un repas apporté par l'un d'entre eux, est un repas partagé pour chacun des membres. Les plus jeunes membres du groupe bénéficient du partage des repas, mais aussi de l'apprentissage dispensés par les membres plus âgés. MEL est proche, en particulier, de deux femelles, à qui il apprend cette technique de chasse.
Les scientifiques ne peuvent qu'émettre des suppositions sur les rituels de jeux des Orques avec
les lions de mers : Peut être est-ce de l'apprentissage, peut être est-ce simplement un moment de plaisir et de jeu.
Le lendemain : Pour les 17 orques du Pod de MEL, c'est maintenant le temps de l'apprentissage. MEL apprend aux plus jeunes cette technique qu'il a perfectionné. DEFINITION DE CE QU'ON APPELLE : LA CULTURE. Avec les deux femelles, c'est une chasse d'équipe. MAGA s'élance la première, pour semer la panique, et la seconde la suite, et tente d'attraper les petits qui s'éparpillent, paniqués. C'est une techinique spectaculaire, bien qu'elle n'ait pas encore été totalement rodée (des lions de mers échappent aux femlles à ce moment).

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 01:39

super documentaire!

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 02:34

Je reprends à compter de la 15ème minutes.


MEL transmet ses techniques de chasse aux plus jeunes de son POD ; un avantage donc que possèdent les Orques sur les Lions de Mers. C’est ce qui explique leur réussite dans toutes les mers du globe.
INGRID : Peut importe où vous vous rendez sur le Globe, les Orques y chasseront d’une manière différente. Si vous mangez diverses choses, si vous chassez divers animaux… Vous devez élaborer différentes techniques de chasse. Puisque la proie est différente, vous devez chaque fois réfléchir au problème et trouver des solutions différentes.


LES ORQUES DE PORT ELIZABETH = CHASSE AUX DAUPHINS
On sait que des Orques chassent dans ses eaux, mais on ne sait pas d’où elles viennent. Le biologiste interviewé explique que la surface à couvrir pour les trouver est très grande, et qu’il va chercher en premier leurs proies, afin de les localiser ; à savoir, les dauphins. Le narrateur nous précise qu’il ne doit pas être évident pour les Orques de chasser les dauphins. Etant de proches cousins, les Dauphins partagent avec les Orques leur grande intelliegence et leur grande vitesse. Comment les Orques tirent-elles le meilleur de cette relation ?
(Il y a un passage sur le rassemblement proies, prédateurs) Les dauphins sont-ils hors de portée pour les Orques ?
Grâce aux appels de pêcheurs, le Biologiste repère 3-4 dauphins isolés de leur pod géant par 5 Orques, et peut assister à une attaque : Les dauphins sont épuisés, et semble fuir un danger. Soudain, les Orques apparaissent à leur suite. Un des dauphins tente de s’échapper mais une Orque le projette hors de l’eau en l’attaquant pas en dessous. Elles le blessent gravement afin qu’il ne puisse plus nager, puis elles le noient « en famille ». Le prédateur ultime a encore réussi.


LE LANGAGE
Mais comment les Orquent coordinent elles leurs attaques ? Vous le sauriez, si vous pouviez parler Orque. Commes les humains, les Orques se sont répondus sur toute la surface du Globe, utilisant avec intelligence leurs nombreux talents. Nous partageons avec elles beaucoup de points communs vitals : Intelligence, sociabilité et communication. Certains chercheurs pensent que leur façon si singulière de communiquer pourrait influencer leur évolution.
Ce biologiste les écoute dans le Pacifique Nord Ouest et témoigne de leur communication intense. Grpace à des microphines sous marins (16kms de portée). Elles peuvent discuter entre pods, entre membres d’un pod. Elles se parlent beaucoup. Ca donne l’impression de se retrouver au milieu d’une fête, ou d’une class, où beaucoup de gens parleraient en même temps. Elles possèdent des appels particuliers qui leur permettent de garder contact entre elles : Elles peuvent savoir om se trouvent les membres de leur groupe, à combien de distance ils se trouvent, prévenir les membres qu’il faut quitter cet endroit ou qu’elles ont trouver quelque chose, etc. Comme les Hommes, les Orques ne parlent pas toutes le même langage. Chaque famille découvre son propre et unique dialecte. Elles possèdent une culture acoustic. Selon la région qu’elles habitent, elles possèdent divers accents.
INGRID illustre ce fait en donnant en exemple les Orques Néo-Zélandaises qui semblent « parler un peu du nez », les Orques Résidentes de Colombie Britanniques qui sont très mélodieuses et les Orques de l’Antarctique qui parlent par très courts et très rapides sons. Ces dialectes différents séparent des lignées aux cultures différentes.


LES ORQUES DE L’ANTARCTIQUE = CHASSE AUX PHOQUES
Les Orques de l’Antarctique sont celles qui ont élaborées (selon eux) la statégie la plus complexe pour chasser leurs proies ; alliant haute coopération entre les membres et grand intelligence.
Les Orques commencent à regarder autour de la plaque de glace en Spyhop’ pour localiser le phoque. Lorsque l’une d’elles le repère, elles préviennent les autres. Et que se passe t’il ensuite ? INGRID a été l’une des premières scientifiques à découvrir ce comportement et à le filmer. Premièrement, elles semblent s’en aller. En fait, elles se regroupent toutes comme une seule. Elles foncent ensuite droit sur la plaque de glace, à pleine vitesse, parfaitement coordonnées et synchronisées, juste sous la surface de l’eau. Elles plongent sous la plaque de glace, et créent une vague qui emporte le phoque et le fait tomber à l’eau. Les Orques ont étudié le problème, mis un plan sur pied et l’ont exécuté à la perfection.


Jusqu’à la 30ème minute.

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 03:17

LES NOMADES DE CALIFORNIE = « CHASSE » AUX GRANDS REQUINS BLANCS
Les Orques peuvent se permettre d’attaquer un autre prédateur, même si celui-ci est à la tête de la chaîne alimentaire. Sont-elles les plus grandes prédatrices ? Il y a un autre prétendant sur la liste… le Grand Requin Blanc. Comme l’Orque, le Grand Requin Blanc n’est la proie d’aucun autre prédateur. Alors, que se passerait-il si ces deux prédateurs se rencontraient ?
PETER PYLE étudie les Grand Blancs au large de San Francisco depuis plus de dix ans. Bien que l’endroit regorge de proie, les Orques semblaient s’en tenir éloignées. Ce biologiste pensait que la présence des Grands Blancs était la raison pour laquelle les Orques ne venaient pas dans ces eaux. Ces 2 prédateurs semblaient avoir des territoires séparés… Mais un jour, il a aperçu une Orque faire surface, tenant un Grand Blanc dans sa gueule. « C’était comme un chat avec une souris… » Ce à quoi a asssité PETER montrait précisément que les Orques savaient parfaitement comment elles devaient s’y prendre pour chasser un Grand Blanc. CA2 (la nomade femelle qui a attaqué le requin) savait parfaitement ce qu’elle faisait, et comment elle devait l’attraper : Elle savait qu’en le roulant sur le dos, il ne pourrait plus bouger (immobilité tonique du requin) et qu’en le maintenant ainsi un certain temps, il suffoquerait (particularité du Grand Blanc). Une fois de plus, le succès de l’Orque est dû à son incroyable intelligence.
Les Orques de cette famille se sont transmises cette technique de chasse et l’ont perfectionnée, alors, que de son côté, le Requin ne peut compter que sur son instinct.
ROBERT PITMAN : Les requins sont des chasseurs solitaires. Ils doivent tout faire tout seul, et ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Les Orques sont sociables, coopératives. Il y a toujours beaucoup d’oreilles pour écouter, beaucoup d’yeux pour regarder. Elles veillent les unes sur les autres. Bien que les Orques et les Requins Blancs soient tous les deux de grand prédateurs, si vous faites s’affronter les deux, le Requin n’a aucune chance.


Les Orques ont évolué pour devenir le prédateur ultime : Elles sont rapides, et fortes. Elles vivent et apprennent en famille. Elles communiquent et travaillent en groupe. Elles peuvent surpasser n’importe quel autre prédateur et chasser n’importe quelle proie. Elles relèvent le défi de chaque différente proie un peu partout dans le monde, en adaptant leur comportement et en transmettant cela aux prochaines générations. Leur culture évolue continuellement… et façon propre et unique à chaque famille, à chaque pod. Certains scientifiques pensent que cela pourrait amener à l’émergence de plusieurs espèces différentes et ultre spécialisées d’Orques.


LES ORQUES DE NOUVELLE-ZELANDE = CHASSE A LA RAIE
Le pod de résident ici présent semble connaître aussi INGRID qu’elle les connaît elle-même. Ce qui fait de ce pod, un pod si unique… C’est ce qu’il chasse et comment ils s’y prennent. Ces Orques ont faim d’une proie particulière, qui requièrent tous leurs talents de chasseresses. Il n’y aucun autre endroit sur Terre où le Orques chassent des raies (2m50 d’envergure pour les raies, et présence d’un dard au poison mortel au niveau de la base de leur queue). Elles ont appris à éviter cette arme défensive. Puissance, vitesse, imagination… et coopération sont nécessaires à la capture des raies.
De façon générale, elles se mettent à la verticale, tête en bas et tentent d’attraper la raie par le bout de la queue. Une fois fait, d’autres orques viennent déchiqueter la raie sans risque en attapant la tête, ou les ailes. Parfois, lorsqu’elles sont caches dans les algues ou dans un sol sabloneux, elles soufflent des bulles de leur évent pour effrayer les raies et les faire sortir de leur cachette.
Pour examiner cette technique de plus près, INGRID plonge avec les Orques et les filme. Le narrateur souligne que c’est, a priori, un peu fou de plonger à l’eau avec de telles prédatrices alors qu’elles sont en pleine chasse puisqu’elles sont capables de chasser et tuer les plus dangereuses créatures qui habitent l’océan. Alors comment vont-elles réagir quand INGRID se retrouva à l’eau, un repas de bonne taille et sans défense ?
INGRID : Je suis consciente des prédatrices qu’elles sont. Quand vous plongez, elles peuvent arriver de partout autour de vous, et vous avez cette sensation qu’elles peuvent être n’importe où. Mais rapidement, il constate que les Orques n’éprouvent que de la curiosité envers INGRID.
INGRID confirme, en les filmant, qu’elles attrapet les raies par le bout de leur queue, afin que les autres membres tour à tour se servent sans risque, en mordant les ailes ou la tête de la raie.


Ces Orques néo Zélandaises démontrent à quel point les Orques sont adaptables et ingénieuses… Une fois la chasse terminée, les Orques sont « relax » et jouent. Un passe temps partagé par tous les animaux inteligents. Elles surfent les vagues sur le dos, sûrement parce que c’est amusant. Elles frottent leurs flancs sur le sable… C’est merveilleux de regarder iasni une créature qui nous semble si étrangère, et de reconnaître en elle tellement de nos propres traits de caractère.


Voilà... Smile

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 03:44

unepetitewikie:hihi, je suis bien contente de parler couramment l'anglais! Tu as bien du courage:-)

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 03:48

Merci, mais ça ne m'a pas pris tellement de temps. C'est un documentaire vraiment intéressant et je l'ai fait pour que tout le monde puisse comprendre.

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 04:39

Super, je vais pouvoir regarder cela. Et merci de la traduction.

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 12:07

Je suis entrain de regarder un second documentaire, plus centré sur les travaux d'INGRID VIESSER. Et c'est juste incroyable!
Elle est sur une sorte de zodiak, entrain de photographier les Orques qui naent aux alentours. Puis, soudainement, une petite femelle de 5 ans s'approche avec sa mère. Ingrid vient taper à la surface de l'eau, et plonge la tête dans l'eau, faisant des bulles. Tout de suite après, la petite femelle l'imite en soufflant de l'air avec son évent sous l'eau. C'est incroyable.... Oo !

Wikie
Orque dominante
Orque dominante

Féminin Age : 18 Messages : 3067
Date d'inscription : 08/11/2011

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Wikie le 12/9/2012, 12:24

Oui merci pour la traduction unepetitekiwie ! Smile

Quel est ce documentaire dont tu parles ?

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 12:25

http://www.youtube.com/watch?v=ETGHPlZSBNA

De rien Wink J'espère que tu as aimé lire et que ça t'a appris des choses ! Personnellement, je l'ai trouvé extrêmement intéressant OO...

Wikie
Orque dominante
Orque dominante

Féminin Age : 18 Messages : 3067
Date d'inscription : 08/11/2011

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Wikie le 12/9/2012, 12:28

Ah oui, il existe un topic sur cette vidéo dont voici le lien :

http://orque.forumactif.com/t3362-video-au-plus-pres-des-orques

Ce reportage est juste éblouissant, il faut vraiment que je regarde la fin ! Smile

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 12:40

Le premier que j'ai traduit également. Je regrette sincèrement qu'il n'intéresse pas d'avantage de gens ou que personne ne discute dessus... Comme avant, il n'y a que les sujets relatifs à la captivité qui font la une sur le forum. C'est bien malheureux...

Miss-Tilikum
Administratrice
Administratrice

Féminin Age : 21 Messages : 1636
Date d'inscription : 23/05/2011

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Miss-Tilikum le 12/9/2012, 13:08

Ce ce documentaire m'a l'air super interessant, je le regarde des que possible car je ne l'ai jamais vu et on trouve peu de videos sur la chasse a la raie, ca m interesse beaucoup. Mais merci beaucoup pour toute la traduction unepetitekiwie. Smile

Invité
Invité

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Invité le 12/9/2012, 13:11

De rien Smile

Contenu sponsorisé

Re: [DOCUMENTAIRE] Nature Shock : When Killer Whales Attack

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:18


    La date/heure actuelle est 10/12/2016, 15:18